Volume 30 Numéro 07 Le 23 novembre 2012

Village d’antan franco-ontarien : le reflet d’une histoire riche

Pascale Castonguay

Par Pascale Castonguay
Correspondante nationale - Infopresse.ca
journaliste@apf.ca


Le Village d’antan franco-ontarien (VAFO) fait un pas de plus dans l’atteinte de son objectif de faire coïncider l’ouverture de ses portes au grand public avec les célébrations des 400 ans de la présence francophone en Ontario.

 

Si tout va comme prévu, il est envisagé que la première phase de ce projet qui consiste à reproduire un village à l’image des villages que l’on retrouvait dans l’Est ontarien soit complémentée en mai 2015. Les phases 2 et 3 de ce projet devraient permettre d’intégrer des éléments qui représenteront les Franco-Ontariens du Nord et d’ailleurs en Ontario.

 

Suivant le même principe que celui du Village historique acadien au Nouveau-Brunswick, ce Village d’antan deviendra également le lieu tout désigné pour en apprendre davantage sur la culture franco-ontarienne puisqu’il sera animé par des gens qui retraceront le quotidien des Franco-Ontariens de l’époque grâce à l’interprétation des événements et des lieux. « Nous avons déjà un boulanger qui s’est porté volontaire pour ce volet », indique le président du Village d’antan franco-ontarien, Robert Laplante.

 

Financement

Actuellement en pleine campagne de financement afin d’amasser trois des huit millions $ qu’on planifie avoir besoin pour mener le projet à bon port, le comité se tourne à la fois vers les citoyens et les entreprises pour contribuer financièrement à cette initiative. « On sait que les gouvernements (fédéral et provinciaux) vont nous aider financièrement », mentionne M. Laplante. Il est attendu que la contribution des gouvernements couvrirait jusqu’à 25 % de la facture globale de ce projet. « Il faut que les Franco-Ontariens nous disent qu’ils veulent de ce village et qu’ils sont prêts à y investir. »

 

Soulignons que les personnalités Dyane Adam et Jacques Martin ont accepté d’agir à titre d’ambassadeurs pour le VAFO. Celle qui a œuvré comme commissaire aux langues officielles du Canada et celui bien connu pour avoir été entraîneur dans la Ligue nationale de hockey ont donc joint leur voix à celle du VAFO pour amasser les fonds nécessaires à la réalisation de ce village.

 

D’ailleurs, le don d’un terrain de la part de l’institution franco-ontarienne qu’est la Fromagerie St-Albert évalué à environ 650 000 $ n’est pas étranger à la décision d’implanter ce projet dans l’Est ontarien. « C’est ici que tout a commencé il y a six ans et ce n’est pas partout qu’un tel site nous aurait été donné en cadeau », précise M. Laplante.

 

Puisque l’exploitation agricole a fait partie intégrante de la vie des Franco-Ontariens, il n’est pas surprenant qu’une attention particulière y soit accordée dans l’élaboration du Village d’antan. « Nous aurons une ferme, sinon deux étant donné qu’il y a deux types de ferme qui ont marqué les activités des Franco-Ontariens. »

 

« Il y a d’abord eu les petites fermes qu’on retrouve sur des terres défrichées, ensuite vers la fin du 19e siècle, les fermes laitières sont apparues. Celles-ci sont plus grandes », distingue M. Laplante. Ce dernier ajoute qu’un volet portera également sur l’agriculture qui se faisait à cette époque.

 

Avancement

Alors que l’arpentage du terrain est présentement en cours, la prochaine étape du projet sera de commencer à faire les rues au printemps 2013. Le tout avec l’objectif de déménager sur le site les premiers édifices en automne 2013. Quoique le VAFO puisse compter sur 13 bâtiments qui ont déjà été offerts pour la reconstitution de ce village, plusieurs items manquent encore à l’appel pour réussir à reproduire l’ensemble d’un village. Il est possible de consulter la liste des objets et bâtiments (bâtis entre 1850 et 1915) recherchés pour compléter le tableau en visitant le www.vafo.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *