Le 6 décembre 2004

Vision Léon Delorme internationale se tourne vers le Honduras

Par Chantal Quirion


Le Honduras compte 6 500 000 habitants et fait partie des pays les plus pauvres de l’hémisphère ouest. Le pays croule sous un endettement très élevé et deux tiers de sa population vivent sous le seuil de la pauvreté. Par conséquent, plusieurs sont confron

La Fondation Vision Léon Delorme internationale s’apprête à déposer une importante demande de financement auprès de l’Agence canadienne de développement internationale (ACDI) pour amorcer un projet en trois volets au Honduras. Avec près de 72 000 dollars dans ses coffres à la Fondation Guadeloupe, Vision Delorme espère ainsi voir cette somme doublée voire même triplée par l’ACDI si elle accepte d’endosser le projet.

Les volets de ce projet ont été établis suite à une mission effectuée au Honduras par la présidente de la Fondation Guadeloupe, Marie Céline Brunet, par le président de Vision Léon Delorme internationale, Gaston Gaudreault, ainsi que par Réjean Bélanger, membre de ces deux organismes. Ils ont alors rencontré un groupe de consultation formé d’une vingtaine de résidants chargés d’établir les priorités en matières de besoins de la population hondurienne. Même si l’ouragan Mitch a déferlé sur ce pays il y a plus de six ans, la population vit toujours dans des conditions très précaires, dépourvue des services les plus élémentaires, rapportent les visiteurs. Ainsi, la santé et l’éducation ont été identifiées comme secteurs prioritaires.

La proposition de Vision Léon Delorme internationale vise donc à appuyer des projets conçus par des gens qui vivent là-bas et qui oeuvrent au mieux-être des collectivités. Parmi eux, le Père Pierre Drouin est une personne ressource importante. Il y est depuis 40 ans. Suite à cette visite, la Fondation a élaboré les plans visant à la construction d’un système d’irrigation et d’approvisionnement en eau, à la création de jardins familiaux et à l’ouverture d’une boulangerie, l’eau et l’alimentation étant à la base de la santé.

Concentrés dans la région de Valle de Angeles, ainsi que de la région immédiate de la capitale, Tegucigalpa, ces projets contribueraient au mieux-être de plusieurs personnes dont beaucoup d’enfants. Dans la partie la plus pauvre de cette région, les garderies sont souvent privées d’eau potable pendant plusieurs jours. Leur demande est fort minime, obtenir des réservoirs pour accumuler l’eau indispensable aux besoins essentiels.

En ce qui concerne la future boulangerie, on compte pouvoir y fabriquer des galettes nutritives qui seraient distribuées aux écoliers. Par le fait même, on permettrait à plusieurs femmes de pouvoir subvenir aux besoins de leur famille par le fruit de leur travail. Déjà quatorze d’entre elles ont suivi une formation adéquate pour occuper ces fonctions futures. Quant aux jardins familiaux, on vise à former vingt familles au cours de la première année, lesquelles pourraient à leur tour faire profiter leur entourage de leur expérience pour porter le nombre de jardins à quarante pendant la deuxième année, allant jusqu’à soixante pendant la troisième. Tous ces projets ont en commun le besoin d’une infrastructure pour l’approvisionnement en eau potable ce qui pour l’instant n’existe pas faute de ressources financières.

C’est pourquoi, des membres et des supporteurs de la fondation Vision Léon Delorme internationale étaient attablés en novembre dernier afin de discuter des modalités et des lignes de conduite à adopter pour que ces projets se concrétisent et apportent un peu de réconfort à des gens qui manquent même de l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *