le Jeudi 18 juillet 2024
le Mercredi 22 novembre 2023 15:29 Affaires

Un avenir incertain pour la fromagerie Thornloe

Lee Laframboise, producteur laitier et arrière-petit-fils de René Laframboise, fondateur de la fromagerie Thornloe.
Lee Laframboise, producteur laitier et arrière-petit-fils de René Laframboise, fondateur de la fromagerie Thornloe.
D’après la coopérative Gay Lea Foods, la raison principale de la fermeture de la fromagerie Thornloe aurait été causée par une défectuosité au niveau de l’équipement de fabrication qui aurait compromis les normes de sécurité alimentaire. Un coût de réparation estimé à plus de 10 millions de dollars. Une décision qui est loin de faire l'unanimité auprès de la communauté et des producteurs laitiers de la région.
Un avenir incertain pour la fromagerie Thornloe
00:00 00:00

Une suite d’événements qui a largement désappointé la communauté et les producteurs laitiers du Témiscamingue ontarien. « J’ai de la difficulté à comprendre comment nous sommes arrivés à cette situation-là », souligne Lee Laframboise, producteur laitier et arrière-petit-fils de René Laframboise, fondateur de la fromagerie Thornloe. « Pour ma part, je suis très surpris et désappointé de la situation. Ça avait toujours bien fonctionné avant. Lorsque Gay Lee Foods a décidé d’acheter la fromagerie, trois ans plus tard, elle a dû fermer ses portes !  »

« C’était une fromagerie très polyvalente qui touchait à beaucoup de choses », poursuit Lee Laframboise. « Nous sommes une région du nord qui produit beaucoup de lait et ça aurait été bien qu’il y ait un plan au niveau local afin que la fromagerie puisse rester une entreprise d’ici. Les gens s’y rendaient souvent et comprenaient bien le fonctionnement  […] »

« Investir une somme d’une telle taille avec pratiquement aucune chance de rendement n’est pas dans le meilleur intérêt de notre coopérative ou de nos 1400 agriculteurs […] », affirme Robin Redstone, gestionnaire principal des communications corporatives et de l’investissement communautaire à Gay Lea Foods à Mississauga. « Cela limiterait notre capacité à entretenir et à investir dans nos autres installations qui soutiennent l’industrie laitière canadienne. » 

Gay Lay Foods se montre toutefois optimiste quant à la vente des installations, la marque Thornloe Cheese ainsi que le quota d’approvisionnement de l’usine à un exploitant laitier qui sera en mesure de perpétuer l’héritage. « Notre objectif est de faciliter la vente de Thornloe Cheese à un exploitant laitier intéressé », poursuit Robin Redstone. « Nous n’avons apporté aucune modification aux installations pour permettre à un acheteur de procéder à une inspection complète et approfondie. Jusqu’à présent, nous avons reçu quelques appels même si ces discussions restent à un stade très préliminaire. » 

Des questionnements et du mécontentement restent dans l’esprit de la communauté. Il reste encore plusieurs défis à surmonter quant à l’avenir de la fromagerie Thornloe qui est incertaine. D’un côté plus positif, le point de vue de la communauté se fait entendre et l’intérêt se fait ressentir par quelques acheteurs potentiels. Seul l’avenir pourra nous révéler la suite.

IJL – Réseau.Presse – Agricom