le Jeudi 18 juillet 2024
le Mercredi 31 mai 2023 7:47 Agriculture

La retraite, pas pour demain matin!

La devanture de la ferme Larocque et fils.  — Pascale de Montigny
La devanture de la ferme Larocque et fils.
Pascale de Montigny
Lorsqu’il n’y a pas de relève pour sa ferme, ça devient un problème. François Larocque a pris la relève de la ferme Larocque et Fils à ses 18 ans. Il n’est pas près d’arrêter ce qu’il qualifie du plus beau métier du monde… Même si la relève n’est pas au rendez-vous.
La retraite, pas pour demain matin!
00:00 00:00

L’endroit où il entroposait ses vaches. 

Pascale De Montigny

François Larocque est agriculteur depuis 2012. Il adore son métier. Son plus grand défi, c’est de continuer la grande culture jusqu’à temps que sa santé lui permette. 

« L’agriculture c’est très important pis ça nourrit beaucoup de monde pis ça prend ça, » nous dit François. Profondément passionné par son métier, il espère finir ses jours à sa ferme.

Enfant, il aidait déjà son père à la ferme. C’est un rêve de jeunesse que de travailler sur une ferme. François a pris la relève de son père à l’âge de 18 ans. Il n’a pas de relève. Les choses ne se sont pas passées comme prévu. « Mais je suis encore là pis je fais ce que j’aime! » énonce François avec enthousiasme.

L’agriculteur a fait beaucoup de sacrifices au fil des ans pour sa passion. Son entourage pouvait avoir du plaisir, faire des sorties et tout ça, lui devait travailler. Il a vécu une séparation à cause de ça. Il devait souvent annuler des activités qu’il avait prévu de faire. 

En 2013, il arrête la ferme laitière et les animaux et se concentre sur la grande culture. Le maïs et le soja, rien de plus. « J’adore parler, là j’ai plus le temps de respirer pis de jaser, avant ça c’était 7 jours par semaine. Les animaux c’est ben demandant, 7 jours par semaine et on sait jamais à quoi s’attendre. » Personne n’est à l’abri d’une vache malade.

Avec l’agriculture, il y a du défi, entre autres avec Dame nature. C’est elle qui le contrôle, résume François. Il y a deux ans, les graines de soja ont complètement gelées. Il a retroussé ses manches et a recommencé à zéro. Les assurances ont aidé, mais « c’est pas le fun quand même. »

En ce moment, François travaille principalement au printemps et à l’automne. Après la semence au printemps, c’est une période de vacances… Jusqu’à temps que la période des récoltes à l’automne arrive. Il a même le temps d’aller aider sur une autre ferme agricole pendant l’automne.

C’est toujours une question de temps et de température. Quand il fait beau et chaud, la saison des semences commence. Quand l’automne arrive, c’est possible que le travail soit sept jours par semaine (lorsqu’il fait beau). 

François n’a pas prévu prendre sa retraite bientôt « Moi, j’en mange de ça. […] tant que la santé va me le permettre je vais continuer, y’a pas d’âge pour lâcher. »