le Vendredi 19 juillet 2024
le Mercredi 6 septembre 2023 13:56 Agriculture

Ma culture a besoin d’une couverture

David Cousen, fermier propriétaire à la ferme Datim
David Cousen, fermier propriétaire à la ferme Datim
Avec l’avancement des expériences et des connaissances agricoles, il a été possible de façonner les cultures de couverture; une technique relativement récente, hautement complexe à réaliser, abondante en avantages et présente dans les sols des grandes cultures.
Ma culture a besoin d’une couverture
00:00 00:00

« C’est une gestion du sol qui est assez nouvelle », précise Paul Sullivan, agronome à PT Sullivan Agro Inc. à Kinburn. « C’est différent des techniques traditionnelles que l’on utilisait auparavant. »

« Une culture de couverture se définit lorsqu’il y a une croissance pendant une période de l’année où il n’y a rien d’autre qui pousse », continue Paul Sullivan. « Cela procure une couverture pour le sol et une opportunité de réaliser plusieurs choses telles que le contrôle des mauvaises herbes, la réduction de l’érosion dans le sol,  une plus grande facilité à travailler le sol, etc. » 

« Il est important d’avoir une variété d’espèces végétales autres que le maïs, les haricots et le blé, » mentionne David Cousen, fermier propriétaire à la ferme Datim à Kinburn. « Cela  permet une diversité accrue des microbes dans le sol. Les microbes sont magiques pour avoir un bon sol ! Chaque espèce laisse derrière elle différents nutriments utilisables pour les cultures des années à venir. La liste des avantages est énorme ! »

« Afin de maîtriser les cultures de couverture, il faut une très bonne connaissance du sol pour bien incorporer les différentes plantes », précise Paul Sullivan. « Il existe plusieurs types de cultures de couverture, la plus utilisée est sans doute celle qui se fait avec l’avoine, mais il est possible de le faire à partir d’autres céréales telles que les céréales de printemps, d’hiver, etc. »

« En 2021, notre première culture de couverture était composée d’avoine, d’orge, de pois fourragers, de radis Dakin, de chou frisé fourrager et de sarrasin », raconte David Cousen. « Les cultures de couvertures sont un engagement à long terme afin d’améliorer les conditions du sol. C’est une technique assez complexe en fonction de ce que chaque agriculteur cherche à réaliser. Des analyses de sol appropriées et fréquentes sont primordiales pour savoir ce que vous espérez obtenir comme résultat.»

Hautement bénéfiques pour les grandes cultures, les cultures de couvertures regorgent de nombreux savoirs-faire qui montrent la grande expertise des agriculteurs. Un sol abondant de santé est primordial pour obtenir une récolte riche et saine. 

IJL – Réseau.Presse – Agricom