le Jeudi 18 juillet 2024
le Mercredi 27 décembre 2023 11:28 Alimentation

L’aviculture: un métier accommodant

Oeufs
Oeufs
Savez-vous qu’en 2022, la production d'œufs au Canada a généré plus de 1,6 milliard de dollars représentant 1,7% des recettes monétaires agricoles ? Très populaire à la consommation, cet aliment se retrouve un peu partout dans les assiettes. Bien que les œufs soient connus de tous, le métier d’aviculteur n'est, quant à lui, pas aussi familier. Avantageux à plusieurs niveaux, l’aviculture est un type d’agriculture qui est très accommodant.
L’aviculture: un métier accommodant
00:00 00:00

En 2022, 52% des aviculteurs étaient répartis en Ontario et au Québec, selon le site du gouvernement du Canada. Jean-François Drouin se trouve parmi les producteurs d’œufs de l’Ontario. Propriétaire à la ferme Joly-Drouin et Filles à Plantagenet il a toujours baigné dans le métier. « J’ai grandi sur une ferme avicole. L’aviculture a toujours fait partie de moi. En 1994, j’ai fait l’achat de mon tout premier poulailler », raconte-t-il. « Ce qui est intéressant dans ce genre de métier c’est que ce n’est pas un travail intensif contrairement à d’autres types d’agricultures comme c’est le cas avec la production laitière qui demande beaucoup de travail. Tout ce qui concerne le secteur des volailles est beaucoup moins demandant physiquement et c’est beaucoup plus facile d’entretien. C’est un très gros avantage. Selon moi, c’est un peu comme la Cadillac de l’agriculture. C’est un travail qui est très intéressant surtout avec la famille. Nous travaillons beaucoup pour la relève qui se passe très bien, pour l’instant.»

À la ferme, tout est contrôlé à l’aide d’équipements technologiques. Avec plus de 115 000 poules qui pondent plus de 100 000 œufs par jour, il est primordial d’avoir un bon contrôle sur leur production et sur leur bien-être. « Le bien-être animal a toujours fait partie de mes priorités, poursuit Jean-François Drouin. « Chaque matin, vers la même heure, nous rentrons dans le poulailler afin de nous assurer que la température est bonne, que les poules ne manquent pas d’eau, que la ventilation fonctionne bien et qu’il y a suffisamment de nourriture. »

« La production se fait 12 mois par année grâce au contrôle technologique », continue-t-il.« Advenant qu’il y ait un problème avec l’eau ou qu’il manque de l’électricité, je me fais avertir à distance. Je suis, également, équipé de génératrices en cas de panne de courant. » 

L’aviculture est un métier qui regorge de bienfaits autant sur le plan économique que professionnel. Avec une production aussi élevée, au Canada, pas étonnant qu’il y ait autant de gens qui se spécialisent dans le domaine de l’aviculture. 

IJL – Réseau.Presse – Agricom