le Vendredi 21 juin 2024
le Mercredi 15 mai 2024 12:46 Chronique

D’importateur de fleurs à cultivateur

Je n'ai pas su résister à l'appel des champs fleuris de Vankleek Hill!
Je n'ai pas su résister à l'appel des champs fleuris de Vankleek Hill!
Pour Sandra Bebbington et Mike Block, l’aventure commence en 2021 après un voyage aux Pays-Bas. Les enfants ayant déserté le nid, le couple se cherche un nouveau défi. Il fait l’acquisition d’une terre ancestrale à Vankleek Hill dans l’Est ontarien pour y cultiver 114 rangs de fleurs multicolores.
D’importateur de fleurs à cultivateur
00:00 00:00

Tulipes à Vankleek Hill

 « J’adore le jardinage et j’ai un goût de l’aventure. On a fait nos recherches et on ne voulait pas trop déranger notre routine, nos vies. Nos emplois sont exigeants. Je travaille au Bureau du vérificateur général et mon mari est importateur de fleurs. On est restés dans le même domaine. »

Le terrain n’étant pas nivelé, il a également dû être enrichi de matière végétale fossile.

 « Le terrain n’était pas en bonne forme lors de l’achat, nous avons beaucoup tourbé. On a planté les bulbes en 2021. »

Depuis, les familles et les couples s’en donnent à coeur joie dans les champs instagrammables de cinq acres. 

Les tulipes ont beau être délicates, Mike Block n’a pas moins recours à l’équipement lourd pour en prendre soin!

Tout n’est pas… rose

On pourrait penser qu’une vie consacrée aux fleurs est la définition du Paradis sur Terre; pourtant, la culture de fleurs comporte son lot de préoccupations.

 « C’est un métier très stressant, » soupire Sandra Bebbington.  « La température qui fluctue est le principal défi. Si il y a un gel, ça détruit tout. On n’est pas des fermiers, alors souvent on se demande pourquoi on a démarré une entreprise alors qu’on est jamais en contrôle? C’est le vin et l’exercice qui me permettent de gérer le stress et l’imprévu! »

Mais ce sont des risques qui en valent la peine, comme peuvent le constater les visiteurs ébahis par la beauté de cette mer florale!