Volume 38 Numéro 9 – Le 16 avril 2021

Des poules en ville : quelques conseils


Photo : Roxanne Lormand


Par Roxanne Lormand

Avec le mouvement grandissant «manger local» et le désir d’autosuffisance de plusieurs depuis les débuts de la pandémie et du confinement causés par la COVID-19, les poules en villes ont connu un franc succès. Récolter ses propres œufs frais est tentant et est une expérience très enrichissante pour les jeunes et même les moins jeunes. Avant de vous procurer vos poules urbaines cette année, quelques aspects sont à surveiller et à examiner.

La réglementation

En ville, les espaces sont plus retreints souvent qu’à la campagne et les règlements municipaux sont différents. Ainsi, avant de démarrer la construction de votre futur poulailler, vous devriez vous renseigner auprès de votre ville ou municipalité. Alors que de plus en plus de villes offrent l’option de garder quelques poules à la maison, il est encore interdit dans certaines d’y garder des volailles. Certaines villes exigent parfois un permis et certains frais peuvent aussi y être associés. Un peu de la même façon qu’un permis de construction, il vous faudra envoyer un croquis ou plan de votre cour avec l’emplacement prévu du poulailler et les dimensions. Il peut également y avoir certaines restrictions pour l’emplacement, telles qu’un certain nombre de pieds entre l’installation et votre voisin par exemple.

Le poulailler

Lorsque vous avez toutes les autorisations nécessaires, il faut penser au poulailler. Vos poulettes doivent avoir une petite maison bien à elles qui leur apportera confort et sécurité à la nuit tombée. Il faut aussi prévoir un enclos afin que les poules puissent sortir durant le jour et s’amuser un peu dans la terre. Plusieurs coopératives vendent maintenant des structures déjà préassemblées vous facilitant le travail. Si vous êtes plus manuel, vous pouvez sortir la scie et les planches et trouver plusieurs modèles et idées sur Internet. Si vous achetez déjà le poulailler, n’oubliez pas de vérifier la capacité du nombre d’animaux recommandé.

Les poules

Si vous pensez réserver des poules pondeuses, pensez-y tôt, puisque les réservations sont très nombreuses depuis l’an dernier et les poules s’envolent vite ! (façon de parler !) Également, saviez-vous qu’il existe plusieurs variétés de poules qui vous donneront une tout aussi grande variété d’œufs ? Des œufs blancs, bruns, bleus ou même tirant sur le vert sont tous possibles dans les formats gros à petits ! Alors, renseignez-vous bien si cet aspect est important pour vous. De même, sachez que si vous voulez des œufs rapidement, il vaut mieux acheter des poules prêtes à pondre à un éleveur plutôt que d’aller vers des poussins. L’expérience peut être enrichissante pour de jeunes enfants, mais demandera beaucoup plus d’attention et vous devrez attendre environ 5 à 6 mois avant d’avoir votre premier œuf. Certaines variétés peuvent être un peu plus rapides autour de 20 semaines ou moins alors que d’autres prendront au moins 6 mois avant de pondre.

L’entretien et l’approvisionnement

Un détail à ne pas négliger est l’entretien de votre poulailler et de ses pensionnaires. Un poulailler propre et bien entretenu tiendra à l’écart les risques de maladies et favorisera des poules heureuses. Qui dit poules heureuses et confortables dit des poules qui pondront bien. Les fientes des poules contiennent de l’ammoniaque et une forte concentration dans un poulailler mal ventilé peut causer des lésions aux yeux et aux poumons ainsi que des inflammations de la peau ou dermatites chez vos pondeuses. Pensez à nettoyer régulièrement la litière. Elle peut être composée de paille, de copeaux de bois, de carton haché ou de produits plus spécialisés, pourvu qu’elle soit sécuritaire pour les poules.

De plus, il ne faut pas négliger l’alimentation de vos poules. Pour ce faire, vous pouvez vous approvisionner dans vos coopératives et meuneries locales ou vos magasins agricoles. Pensez à offrir à vos poulettes une alimentation saine, variée et équilibrée en plus de leur fournir une eau propre en tout temps. Les poules ont des besoins spécifiques notamment en calcium pour la production de la coquille d’œuf et c’est pourquoi leur alimentation ne doit pas être prise à la légère.

Vous devez donc penser à ces coûts d’alimentation et d’entretien dans vos dépenses régulières.

Finalement, il vous faudra réfléchir à l’hiver qui arrivera bientôt. Voulez-vous garder vos poules ? Leur trouverez-vous une ferme d’adoption ou un pensionnat jusqu’à l’été prochain ? Plusieurs options s’offrent, certaines plus coûteuses que d’autres. En attendant, si vous décidez de vous lancer dans l’aventure cette année, vérifier auprès de votre ville pour les règlements entourant la possession de poules urbaines. Bientôt, vous pourrez peut-être vous vanter d’avoir vos propres œufs frais directement dans votre cour.

Retournez à la page d’accueil d‘Agricom.

Suivez-nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *