le Samedi 15 juin 2024
le Lundi 2 octobre 2023 13:26 Élevages

Un dangereux virus pour les chevaux

Deux cheveux qui courent dans leur pâturage
Deux cheveux qui courent dans leur pâturage
Avez-vous déjà entendu parler du virus de l’encéphalite équine de l’Est, plus connu sous l’abréviation (EEE) ? Depuis quelques années, le virus s’attaque aux chevaux et certains animaux du Canada, où quelques cas ont été répertoriés en Ontario.
Un dangereux virus pour les chevaux
00:00 00:00

Selon le magazine Equus, au mois d’août dernier, à Kawartha Lakes, une ville du centre-est de l’Ontario, une jeune pouliche a contracté le virus de l’encéphalite équine de l’Est. Des symptômes tels que des signes neurologiques aigus et de dépression se sont vite aggravés et ont paralysé la pouliche. Une euthanasie a donc été nécessaire.

« Il y a eu, apparemment, un bassin de moustiques qui ont été testés positifs au virus de l’EEE en Ontario, » mentionne John Atack, propriétaire et vétérinaire de la clinique équine Bellevue à Perth, une petite ville dans l’Est ontarien. « Je crois qu’il y a eu quatre à six cas de chevaux qui ont été piqués par des moustiques infectés dans la région de l’Ontario. Les chevaux ont développé rapidement des symptômes tels qu’une fièvre très élevée, des signes neurologiques, des difficultés à se tenir debout, etc. Les chances de rétablissement sont très faibles et s’ils se rétablissent, ils gardent des séquelles neurologiques. Malheureusement, la plupart du temps, les chevaux meurent rapidement. »

« C’est un virus qui est transmissible par les moustiques qui se nourrissent du sang d’oiseaux infectés,, » poursuit John Atack. « Il est possible de le prévenir en faisant vacciner les chevaux. Je recommande aux gens de le faire rapidement à cause du taux de mortalité très élevé. Le vaccin n’est pas  dispendieux et a été fabriqué il y a déjà un bon moment. »

D’autres animaux sont aussi susceptibles d’être infectés selon le Ministère de la Santé et des Services sociaux: Plusieurs espèces d’oiseaux, de mammifères et de reptiles peuvent également être infectés, qu’ils soient domestiques ou sauvages. La plupart ne présentent aucun signe de maladie. Des cas cliniques ont été rapportés chez le porc, des rongeurs et le cerf de Virginie.

« Le virus représente aussi un danger pour les humains. Il n’est, toutefois, pas transmissible par les chevaux, mais par les moustiques infectés par le virus. Malheureusement, il n’y a pas de vaccin disponible pour les humains. » 

Sur le site web du Centers for disease Control and Prevention, il est indiqué que: « bien que rare, l’EEE est très grave. Environ 30 % des personnes atteintes d’EEE meurent et de nombreux survivants souffrent de problèmes neurologiques persistants.» Selon le Ministère de la Santé et des Services sociaux, « 1 seul cas a été rapporté en 2016 au Canada. »

L’encéphalite équine de l’Est est un virus ravageur chez les chevaux et d’autres animaux, mais encore peu fréquent chez les humains. Bien qu’il existe un vaccin pour les chevaux, les humains, quant à eux, doivent se protéger des moustiques en évitant les endroits sauvages bondés de ce type d’insectes.

IJL – Réseau.Presse – Agricom