le Mercredi 17 juillet 2024
le Vendredi 24 novembre 2023 10:12 Environnement

L’agriculture confrontée à Mère Nature

Champ de maïs séché sous le soleil
Champ de maïs séché sous le soleil
Savez-vous qu’en 2022, l’ouragan Fiona a été l’une des tempêtes les plus coûteuses dans l’histoire du Canada avec des dommages qui se sont élevés à plus de 660 millions de dollars ? Endommageant et détruisant sur son passage l’agriculture dans tout le Canada atlantique. Confronté à des bouleversements climatiques de plus en plus présents, le gouvernement doit collaborer étroitement avec les agriculteurs pour innover afin de continuer à nourrir la population et à protéger l’environnement.
L’agriculture confrontée à Mère Nature
00:00 00:00

« Pour ce faire, ils adoptent des pratiques agricoles intelligentes et des pratiques de gestion bénéfiques comme le travail réduit du sol, les cultures de couverture, le pâturage en rotation et l’agroforesterie », précise Samantha Seary, conseillère des relations avec les médias à Agriculture et Agroalimentaire Canada à Ottawa. 

À un niveau plus complexe, le gouvernement du Canada dirige également des recherches scientifiques dans le secteur agricole en vue de mieux s’adapter aux changements climatiques afin d’être en mesure de continuer à nourrir la population en croissance. « Ces recherches scientifiques visent à améliorer l’adaptation et la résilience du secteur, notamment par la surveillance et par l’amélioration de la santé des sols agricoles », raconte James Voldock, porte-parole à Agriculture et Agroalimentaire Canada à Ottawa. « Cela s’effectue par la mise au point de semences et de variétés de plantes cultivées qui sont résistantes à la sécheresse, par la gestion de l’eau dans le paysage agricole et par l’offre d’outils offerts aux producteurs qui les aideront à mieux s’adapter aux changements climatiques. »

L’adoption du nouveau programme Partenariat canadien pour une agriculture durable (PCA durable) soutient le Canada considéré comme étant un pilier en durabilité agricole. « Au cours des cinq prochaines années, le PAC durable fournira 3,5 milliards de dollars d’investissements fédéraux, provinciaux et territoriaux , 1 milliard de dollars en programmes et activités fédéraux ainsi que 2,5 milliards de dollars en programmes et activités […] », poursuit James Voldock. « Le tout comprend 500 millions de dollars de nouveaux fonds. Ce nouveau programme […] utilisera une approche de paiement des biens et services écologiques pour aider les producteurs à adopter des pratiques bénéfiques à la ferme, tout en tenant compte des conditions locales et des besoins régionaux. »

Malgré cette conscientisation, cette bonne gestion et ce soutien financier, le changement climatique reste imprévisible et peut-être destructeur. En cas de désastre naturel, il est possible d’obtenir du soutien pour les agriculteurs. « AAC propose une série de programmes de gestion des risques de l’entreprise […] », explique Samantha Seary. « La série de programmes comprend les programmes de base Agri-protection, Agri-stabilité et Agri-investissement. Les programmes de GRE sont souvent un soutien de première ligne pour les producteurs confrontés à un désastre. Les producteurs sont encouragés à utiliser ces programmes pour protéger leur exploitation. »

« Concernant une solution à long terme, Agriculture Canada travaille à l’élaboration d’un plan visant à réduire les impacts du changement climatique sur le secteur agricole canadien », commente James Voldock. « Agriculture et Agroalimentaire Canada est en train d’élaborer une Stratégie pour une agriculture durable (SAD), qui fournira une approche intégrée et coordonnée pour traiter des questions agro environnementales qui touchent le secteur. » 

Du soutien, de l’innovation et de l’engagement forment ensemble les moyens de minimiser les impacts de la crise climatique en agriculture. Bien qu’inévitable, le changement climatique est une réalité à laquelle les agriculteurs doivent faire face en s’adaptant et en innovant continuellement. Les ressources sont à la disposition afin de continuer à nourrir la population canadienne.

IJL – Réseau.Presse – Agricom