Autres

Jean Noël Dessaint lance sa biographie «Les sillons de ma vie»

Par enne Alary
info.agricom@atreide.net


C’est devant plus d’une cinquantaine de personnes, membres de la parenté et amis, que Jean Noël Dessaint a officiellement lancé sa biographie, le 17 juin dernier, au gymnase de l’école Saint-Hugues à Sarsfield.

« Je suis né sur cette terre où nous sommes présentement et pour moi, il était important de lancer cette biographie où j’ai vécu », a souligné M. Dessaint. Intitulée « Les sillons de ma vie », la biographie de Jean Noël Dessaint a été éditée par une petite maison d’édition située à Cumberland, « Les éditions Revivances ».

« J’avoue que j’ai été choyée de pouvoir accompagner M. Dessaint dans ce beau projet d’écriture », lance l’éditrice, Monique Saint-Amand. C’est par l’entremise de la fille de Jean Noël Dessaint, Pierrette Dessaint, que Monique Saint-Amand en est venue à connaître l’auteur. « J’enseignais à La Cité collégiale d’Ottawa et Pierrette, qui y travaille également, me parlait beaucoup de sa famille et de son père qui écrivait ses mémoires », avance Monique Saint Amand dont la maison d’édition a également publié la biographie de Joseph Ryan.

La première rencontre entre Jean Noël Dessaint et l’éditrice s’est faite quelque part en avril 1999, soit quelque dix huit mois après que Monique Saint-Amand ait été mise au courant du projet de biographie. « Un cultivateur, ça prend toujours du temps à prendre des décisions pour que celle-ci soit la bonne et cela valait le coup d’attendre », déclare Mme Saint-Amand.

Même l’auteur témoigne que cette rencontre aurait dû avoir lieu un peu plus tôt. « Dans tout projet d’écriture, il y a des hauts et des bas et tout juste avant de rencontrer Monique pour la première fois, j’étais dans le creux de la vague. J’avais perdu courage dans mon projet d’écriture », confie M. Dessaint. « J’avais décidé de tout arrêter là et les chapitres qui avaient été écrits, mes enfants pourraient les lire après ma mort », ajoute-t-il. Cette décision n’allait pas être définitive. « Un soir, j’ai eu une conversation avec ma fille Pierrette qui voulait savoir où j’étais rendu dans mes écrits. Elle m’a convaincu de rencontrer Monique Saint-Amand », souligne Jean Noël Dessaint.

Dès la première rencontre entre l’auteur et l’éditrice des éditions Revivances, un contrat a été signé. « Monique se chargeait alors de mettre de l’ordre dans mes écrits et aussi de mettre mes notes manuscrites à l’ordinateur », indique M. Dessaint.

Quelque trente mois plus tard, le rêve allait devenir réalité. «Certains se demanderont pourquoi c’est arrivé deux ans et quelques mois plus tard. Moi, je compare l’écriture d’une biographie à une courtepointe. Une courtepointe, ça prend du temps à faire. Il faut choisir la texture, la couleur, le motif, etc. et une biographie, c’est la même chose. Les souvenirs, il faut se les rappeler. Il faut se souvenir des dates et des noms et ensuite, vérifier l’information, questionner, rechercher», explique Monique Saint-Amand.

Un portrait de sa vie
Pourquoi Jean Noël Dessaint a-t-il décidé d’écrire ses mémoires’ « Lorsque je racontais des histoires sur ce que j’ai vécu lors des années 20, 30 et 40, mes enfants me disaient que je devrais les écrire et c’est ce que j’ai fait. C’est afin de partager l’histoire de mes ancêtres et mon histoire avec mes petits- enfants et que j’ai entrepris ce projet », signale l’auteur de 82 ans. Ce dernier fait remarquer que « ce qu’on dit disparaît mais ce qu’on écrit reste» Dans ce livre de plus de 420 pages, Jean Noël Dessaint présente un portrait de tout ce qu’il a vécu, que ce soit sa naissance, la grippe espagnole, son entrée à l’école, la vie à la ferme, la dépression, sa première automobile, son expérience à titre de président général de l’Union des cultivateurs franco ontariens, sa rencontre avec son épouse, la présentation de ses douze enfants, la venue d’une caisse populaire à Sarsfield, ses nombreux voyages et bien d’autres. « L’écriture de ce livre m’a permis de fouiller dans mes souvenirs et j’ai vraiment eu du plaisir à le faire », affirme Jean Noël Dessaint. « Fouiller dans ses souvenirs, c’est un peu revivre sa vie », précise l’auteur. Cependant, revivre sa vie, c’est repasser les moments les plus joyeux mais aussi les moments les plus tristes. « J’ai revécu la journée du 16 février 1925, alors que j’avais six ans. C’est à ce moment que ma mère (Amanda Poupart) est décédée à la suite d’une intervention chirurgicale », a témoigné l’auteur devant les personnes présentes au lancement de son livre.

Un homme fier
C’est avec beaucoup de fierté que Jean Noël Dessaint a lancé son livre, le 17 juin dernier. « Oui je suis fier de ce que j’ai accompli. Je ne sais pas si la fierté est considérée comme une qualité ou un défaut mais je suis fier malgré tout », relate Jean Noël Dessaint. Mais la fierté de Jean Noël Dessaint ne s’arrête pas à son ouvrage, loin de là. « Je suis fier de mes ancêtres, notamment Pierre de Saint Pierre qui a décidé de venir s’établir en Nouvelle France, en 1679, alors qu’il avait 19 ans. Je suis aussi fier de mon grand-père, Théophile Dessaint, qui, six générations plus tard, a décidé de venir s’installer à Cumberland »

Une plaque sera dévoilée
En juillet prochain, l’Association des familles Saint Pierre Dessaint tiendra un grand rassemblement dans la région de Sarsfield et la famille Dessaint compte bien profiter de l’occasion pour commémorer la contribution de Théophile Dessaint et Mathilde D’Amour. « C’est la première fois que l’Association des familles Saint Pierre et Dessaint tient sa rencontre en Ontario et si tout se déroule bien, nous profiterons de ce passage pour dévoiler une plaque commémorative », annonce Jean Noël Dessaint. À noter que la biographie de Jean Noël Dessaint, intitulée « Les sillons de ma vie » a été imprimée à 300 exemplaires. Une copie de ce livre peut être achetée, au coût de 25 $ en contactant l’auteur directement au (613) 835 2561

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *