le Mardi 25 juin 2024
le Mercredi 31 mai 2023 7:22 Autres

Quand la santé mentale ne va plus

Mandala tibétain (XIXe siècle)  — Wikipédia
Mandala tibétain (XIXe siècle)
Wikipédia
Une sieste sur l'heure du dîner. Un journal de gratitude. Une marche en forêt. La période d’incertitude de plantation des semis est très difficile à vivre pour les agriculteurs. Les aléas de Dame nature et de l’économie sont tout aussi difficiles sur le moral. Quels sont les trucs pour prendre soin de sa santé mentale?
Quand la santé mentale ne va plus
00:00 00:00

Pierrette Desrosiers, psychologue spécialisée auprès des entreprises agricoles, ne voit que des clients agriculteurs. « Le tableau n’est pas rose. Pour l’industrie laitière, les taux d’intérêts changent les projets, ont des conséquences sur le transfert d’entreprises. Pour l’industrie du porc, les décisions prises au niveau d’Olymel vont pousser certains vers la sortie, d’autres vers moins de rentabilité. Pour l’industrie de la volaille, l’épée de Damoclès s’appelle la grippe aviaire. »

Nathalie Tanguay, l’autrice du Manuel du bonheur en agriculture, propose de trouver des îlots de bonheur malgré la surcharge. « Tout est une question de choix. Souvent, on est tellement pris dans nos problèmes, on dit ne pas avoir le choix, mais on a toujours le choix. Une randonnée en vélo en famille permet de cultiver des relations positives, de faire de l’activité physique et de se mettre en priorité. »

« On vit une période pleine d’incertitudes, ce qui diminue le contrôle et menace l’ego, souligne Pierrette Desrosiers. Certains agriculteurs ont peur de faire faillite ou de devoir vendre. Quand ça ne se passe pas comme ton idéal, certains vivent cela comme un échec personnel : « J’ai échoué donc je ne vaux rien. » Des entrepreneurs qui étaient inébranlables se questionnent s’ils doivent encourager la relève ou non. »

Une façon de reprendre le contrôle sur la situation, selon Nathalie Tanguay, est d’adopter une attitude positive. « Devant une situation difficile, quand on se sent prisonnier, on a  toujours le choix de notre attitude, comment trouver du sens à ce qu’on a fait. »

Pour Shana Lavigne de La ferme Lavigne de Ste-Anne-de-Prescott, le chant méditation, la respiration, le coloriage de mandalas et le lâcher prise sont ses planches de salut pour préserver sa santé mentale. « C’est surtout dans ma façon de penser, d’accepter qu’il y a des choses que tu ne comprends pas. Par exemple, la météo, c’est un obstacle devant lequel on a aucun contrôle, mais on a le contrôle sur notre attitude. »

Et vous, comment allez-vous prendre soin de vous aujourd’hui?