le Vendredi 2 Décembre 2022
le Lundi 2 mai 2022 0:44 Agriculture durable

Coupable : le Varroa

Martine Bernier, la chargée de projet en apiculture du centre de recherche en sciences animales de Deschambault (Québec) a pu confirmer à Agricom que la cause principale de la mort des d’abeilles est le Varroa.

Madame Bernier est chargée d’étudier l’extinction massive des abeilles de cet hiver.

Pour l’agronome de formation, les abeilles seraient décédées rapidement. 

Car, pour aider les abeilles à survivre, la plupart des apiculteurs déposent une source de sirop sucré duquel elles peuvent se nourrir.

Or, elle a constaté qu’il restait une grande quantité de ce sirop dans les ruches. Peu d’abeilles en ont profité.

La sécheresse estivale aurait diminué l’accès au pollen et au nectar ce qui aurait contribué à un affaiblissement du système immunitaire de l’abeille. L’infestation des ruches par le parasite est venue achever les abeilles.

Les varroas se nourrissent principalement de la graisse des abeilles (les abeilles dites d’hiver sont plus grasses et peuvent survivre plus longtemps). Le taux élevé de mortalité serait dû à la varroise transmise par le varroa lorsqu’il se nourrit.

Cette hypothèse est soutenue par l’absence du virus de déformation des ailes chez les abeilles. En effet, ce virus associé aux infestations de varroa affecte l’apparence de l’abeille adulte si les nymphes sont contaminées. 

Bien sûr, pour une efficacité aussi inquiétante, il faut une combinaison de facteurs. Madame Bernier ne peut pas encore s’avancer sur ces facteurs. Il reste encore des études à faire. Ce qui complique la recherche est que les abeilles sont mortes il y a longtemps. Les traces de certains virus et de certaines bactéries ont disparu, explique la chargée.