le Mardi 3 octobre 2023
le Jeudi 20 juillet 2023 12:38 Élevages

Du Pérou à la ferme canadienne

Valérie Saad, propriétaire de la ferme de la Cité des Alpagas
Valérie Saad, propriétaire de la ferme de la Cité des Alpagas
Ils sont mignons, doux et affectueux. Non je ne parle pas de chats, mais bien d’alpagas ! Ces bêtes originaires du Pérou, domestiquées depuis près de 600 ans, ont gagné le cœur de plusieurs Ontariens qui ont décidé d’en faire l’élevage et la vente. « Les alpagas sont des animaux très calmes et doux. Il est très facile d’interagir avec eux et d’en prendre soin. Ça attire beaucoup de gens », mentionne Valérie Saad, propriétaire de la ferme de la Cité des Alpagas.
Du Pérou à la ferme canadienne
00:00 00:00

Deux alpagas

Ils se nourrissent d’herbe de pâturage, de trèfle et de foin. « Puisqu’ils sont de la famille des ruminants, je dois leur donner du bicarbonate de soude puisqu’ils ont des problèmes gastriques. Cela régularise leur estomac ». Fait intéressant, les alpagas n’arrachent pas l’herbe comme le font d’autres espèces. Ils la coupent ! « Ce n’est donc pas obligatoire de refaire constamment la semence » C’est un grand avantage, précise-t-elle.

Ces bêtes vivent relativement longtemps. En effet, la durée de vie des alpagas varie entre 18 à 25 ans. Une de leur utilité première est leur fibre (laine) qui est très polyvalente : « on vend des tricots, des tuques, des mitaines, des foulards, etc. Durant l’hiver, ils gardent leur fibre pour se réchauffer et on leur retire vers la mi-mai début juin pour la période estivale.  Ce sont des animaux qui s’adaptent très bien à notre climat » mentionne-t-elle.

Il y a beaucoup davantage à avoir ces bêtes, alors si l’on souhaite s’en procurer  combien un alpaga coûte-t-il ? Selon Don Drott, propriétaire de la ferme Mapple Hill Urban Farm située en Ontario, les prix varient beaucoup. « Pour ma part, j’ai payé 500$, mais il y en a des moins chers et des plus chers. Ça peut aller jusqu’à 1 000 $.» Autrement dit, ça dépend de la race, s’ils sont hybrides ou non, précise-t-il.

Il existe en fait que deux espèces chez les alpagas : les « Huacaya » et les « Mérinos ». Leurs cousins sont les vigognes, les lamas et les guanacos tous provenant de la famille des camélidés. Amicaux, doux et sociables, les alpagas sont des créatures uniques en leur genre. Vous pourrez les visiter un peu partout en Ontario afin de faire leur connaissance. Qui sait, peut-être que cette visite vous inspirera-t-il à partir un peu plus loin… au Pérou; le pays des alpagas.

IJL – Réseau.Presse – Agricom