le Samedi 20 juillet 2024
le Mercredi 2 août 2023 12:38 Élevages

À vos sabots, prêt, sautez !

Theresa Bergeron, propriétaire de ThermoHair Inc.
Theresa Bergeron, propriétaire de ThermoHair Inc.
Ah ! Ces bêtes aux sabots et aux allures mystiques ! Contrairement à ce que vous pensez, elles ne sortent pas tout droit d’un conte de fées, mais bien tout droit de la ferme. Eh oui, il s’agit des chèvres. Plusieurs races existent, mais deux attirent l’attention dans deux fermes de l'Ontario: les chèvres laitières et les Angoras.
À vos sabots, prêt, sautez !
00:00 00:00

Parlons d’abord des chèvres laitières de race saanen et alpine. « Lorsque ce sont des animaux laitiers, c’est plus d’ouvrage puisqu’il faut faire la traite deux fois par jour et ça demande beaucoup de temps dans une journée. Je passe environ 75 % de mon temps dans la salle de traite. Sur les 400 chèvres, 220 chèvres se font traire, car il faut effectuer la rotation. De cette façon, il est possible de produire environ 4000 litres de lait par semaine, et ce, en effectuant deux traites par jour », précise Marie-Estella Rancourt, propriétaire chez La chèvre laitière de Hearst Ltee à Hallebourg. 

En ce qui concerne nos hivers très froids; les chèvres s’adaptent relativement bien au froid. « Mes chèvres ne vont pas dehors l’hiver […] dans ma ferme on ne chauffait pas du tout, ça pouvait aller jusqu’à -5 et c’était correct », explique-t-elle.

Dans un autre ordre d’idées, Theresa Bergeron, propriétaire chez la compagnie Thermohair Inc à Winchester, possède des chèvres de la famille des angoras (Mohair) pour l’appellation anglaise. Contrairement aux chèvres laitières, cette espèce est beaucoup plus facile d’entretien, précise-t-elle.

Tout comme les chèvres laitières, elles sont bien adaptées à nos hivers. Toutefois, elles détestent la pluie froide due à leurs fibres, mentionne Theresa Bergeron.

Bien qu’elles ne soient pas des chèvres laitières, les Angoras sont très aimés pour leur fibre. « C’est de toute beauté, c’est une fibre qui est extrêmement brillante. » Dû à sa grande résistance, on surnomme cette fibre:  « la fibre diamant ». « Dans les machines qu’on utilise pour fabriquer les chaussettes, ça use l’acier inoxydable »,  mentionne Theresa Bergeron.

Toutefois, c’est un produit de plus en plus rare, car les Angoras sont une espèce menacée. Fait intéressant, en 2022, seulement 1 million 612 000 kilogrammes de fibres ont été produits à travers le monde. En comparaison avec la laine de mouton qui équivaut à des billions de kilogrammes. Un des plus gros producteurs est l’Afrique du Sud, là où on retrouve la majeure partie de la population de ce type de chèvre, explique-t-elle.

Aimées pour leurs produits laitiers et pour leur fibres, ces deux races sont aussi bénéfiques les unes que les autres. L’une permet de se nourrir et l’autre de se vêtir ; deux besoins essentiels.

IJL – Réseau.Presse – Agricom