le Vendredi 29 septembre 2023
le Mercredi 31 mai 2023 7:50 Agriculture

Changement de réglementations sur les terres protégées: aux citoyens de trancher

Terres agricoles à Navan.  — Pascale de Montigny
Terres agricoles à Navan.
Pascale de Montigny
Les citoyens sont appelés à se prononcer sur le Projet de loi 97, Loi de 2023 visant à aider les acheteurs et à protéger les locataires du ministre des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark.
Changement de réglementations sur les terres protégées: aux citoyens de trancher
00:00 00:00

Le projet de loi veut alléger la réglementation sur les terres protégées pour offrir une souplesse aux municipalités afin d’accroître l’aménagement résidentiel dans les zones de peuplement rurales ainsi que l’aménagement d’immeubles à logements multiples et d’infrastructures connexes sur le territoire rural.

L’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) s’est prononcé en défaveur du projet de loi 97.  « Qu’on le veuille ou pas, il faut que la préservation des terres agricoles en Ontario soit prioritaire, et qu’on équilibre nos besoins en logements avec nos besoins en ressources naturelles », explique la présidente de l’UCFO, Renée-Claude Goulet.

« Le dernier recensement de l’agriculture indique que la superficie agricole totale de l’Ontario a diminué de 4,7% par rapport au recensement précédent pour s’établir à 11,8 millions d’acres en 2021 », poursuit Mme Gooulet. « Par conséquent, à peine 4,4% du territoire de la province est considéré comme des terres agricoles exploitables. » 

L’Ontario perd 319 acres de terres agricoles par jour, ce qui équivaut à la perte d’une ferme familiale moyenne chaque jour. En comparaison, en 2016, c’était 175 acres perdus tous les jours. Si le projet de loi devait être adopté, les agriculteurs pourraient morceler une terre agricole. Selon Mme Goulet, il s’agit d’un enjeu environnemental crucial puisqu’ à long terme, les sols ne pourront être remplacés.

La période pour se prononcer est jusqu’en août 2023. Le ministère des Affaires municipales et du Logement (MAML) tient une consultation et recueille des commentaires sur la proposition de déclaration de planification provinciale.