le Mercredi 19 juin 2024
le Mercredi 28 juin 2023 11:52 Agrotourisme

L’amour est sur sa ferme pour Denis Drouin

Denis Drouin — Crédit photo : Hugo B. Lefort
Denis Drouin
Crédit photo : Hugo B. Lefort
Denis Drouin, c’est un agriculteur passionné. Il reçoit des mariages et des événements dans sa ferme tous les ans en plus de faire les foins. Jusqu’en 1996, la ferme avait des vaches laitières! C’est par la suite que l’élevage de vaches est devenu un élevage bovin pour se transformer en ce qu’on appelle grande culture. Aujourd’hui, la ferme est axée vers l’agrotourisme.
L’amour est sur sa ferme pour Denis Drouin
00:00 00:00

Denis Drouin est propriétaire de la ferme qui a été construite par son arrière-arrière grand-père en 1886. « Ça tout le temps été dans notre sang, de génération en génération qu’on a fait en sorte qu’on avait de la relève ». Il a toujours habité sur une ferme et il est passionné par son métier. 

C’est un métier difficile qui est très diversifié et Denis souhaite conserver une diversité dans son offre. « J’aime ben ça travailler en équipe, on a plusieurs gens dans le personnel » Il y a tout le temps à peu près une douzaine d’employés. Ça dépend des fois.

La vie de l’ancien candidat de L’amour est dans le pré n’est pas sans défi! Celui qui reçoit plus de 30 mariages sur sa ferme par année envisage de faire construire une autre structure afin d’accueillir trois mariages par fin de semaine au lieu de deux. 

Toujours prêt à se renouveler dans son offre de services sur sa ferme, Denis mentionne que c’est tout un défi que de rendre l’agrotourisme rentable 12 mois par année. C’est pourquoi il a un service de traiteur pour les réceptions, qu’il a créé un partenariat avec une érablière afin d’offrir des produits pendant le temps de sucres. 

Au fil des générations, Denis fait part qu’au moins, les technologies ont évolué et cela rend la tâche plus facile pour les fermiers. Un des gros enjeux, c’est de trouver des personnes partantes pour travailler des 16 à 18 heures par jour. « C’est jamais facile, les heures sont longues […] Ça arrête pu dans le fond. » 

Par-dessus le marché, déjà qu’il est difficile de trouver des employés, cela est encore plus difficile de trouver de la relève. « Faut que les jeunes soient concentrés pis qu’ils veulent faire partie de cet environnement là de travail. » Cela n’arrête pas Denis à aimer son travail au quotidien. Heureusement pour lui, il possède la ferme 50/50 avec son frère Yves et ils ont encore de la relève pour le jour où ils prendront leur retraite.

Lorsqu’on le questionne sur les récoltes à l’érablière, Denis ne s’en fait pas trop. « C’est Dame Nature qui décide tout, faut que tu t’ajustes à ça. » Il s’en remet aux mains de la capricieuse Dame Nature et voit les résultats des récoltes une fois la saison terminée. « Y’a des années que ça va très bien, que ça gèle la nuit, comme -5 et +5 le jour. » Ce sont des températures idéales pour de bonnes récoltes. « Veux veux pas faut que la sève monte » et c’est grâce au gel et au dégel que ce phénomène se produit.

C’est le cœur joyeux que Denis allie les moments à travailler en équipe et les moments plutôt solitaires de la vie de fermier.