le Mercredi 24 avril 2024
le Mercredi 6 mars 2024 15:08 Vie rurale

8 mars: une femme qui vit à plein gaz!

Le couple franco-ontarien a obtenu la première place lors du rallye Alyssa en Tunisie.
Le couple franco-ontarien a obtenu la première place lors du rallye Alyssa en Tunisie.
Les arpents verts, les champs, les bois… Ce n’est pas pour Mélissa Beaudet (Mél Beau pour les intimes). Cette mère de 4 enfants préfère dévaler les chemins creux à fond de train au volant d’une voiture de rallye, plutôt que derrière celui d’un Massey Ferguson.
8 mars: une femme qui vit à plein gaz!
00:00 00:00

Jakob Bühler doit s’habituer au siège du passager, Mélissa ne laisserait le volant pour rien au monde!

« Ça m’est venu comme ça un jour », dit celle qui se destinait d’abord au travail social avant de faire un virage en Administration des affaires entre 2013 et 2016. En travaillant à la création d’un événement à portée nationale comme dans le cadre de ses études, elle et une amie pensent à un rallye au bénéfice de la population du nord du Canada. « C’est à ce moment que j’ai entendu parler de Roses des sables, un rallye auquel mon amie et moi nous sommes inscrites en 2016. »

La piqûre

L’épreuve d’endurance dans le désert du Maroc la transforme. Dès son retour, elle se fait fort de convaincre son conjoint de tenter lui aussi l’aventure automobile. « Je ne voulais pas passer mes journées de vacances loin de lui. On s’est donc inscrits à des épreuves mixtes et il est devenu un excellent navigateur », dit-elle fièrement.

À preuve: le couple est arrivé en première place au Rallye Alyssa, tenu en janvier 2024 en Tunisie! « En fait, on y a participé six années et on l’a remporté trois fois », confirme la championne dont l’équipe était la seule, sur 25 équipages, à représenter le Canada. Contrairement à Roses des sables, le Rallye Alyssa se tient sur un circuit routier plutôt que dans le désert. Chaque équipe doit s’en tenir à un horaire très précis pour passer les étapes et n’être ni en retard, ni en avance. 

À l’automne 2023, quelques semaines seulement avant Alyssa, Mélissa Beaudet prenait part à une autre course automobile: « C’était en Géorgie, le pays. Ma copilote était la même amie que pour Roses des sables, on conduisait un 4X4 Toyota V8 », dit-elle. « Nous n’avons pas pu compléter toutes les épreuves en raison des conditions météo trop dangereuses. » Elle ne cache d’ailleurs pas les risques à ses proches. « Mais parfois, je leur en parle seulement trois jours après! »

Et la famille?

On dit souvent que le fruit ne tombe pas loin de l’arbre. C’est vrai sur la Ferme Rubi, où Jakob a pris la relève de ses parents (toujours actifs) avec son frère et sa sœur. Mais ce l’est moins en ce qui concerne le sport automobile, toutefois: « Non, je ne pense pas, c’est un sport assez dangereux. Je n’aimerais pas voir mes enfants s’embarquer là-dedans. Et puis, les enfants, qui sont maintenant adultes, aident sur la ferme pendant notre absence. Je préfère les savoir là, en sécurité », confie l’entrepreneure.

IJL – Réseau.Presse – Agricom