Démocratiser la cuisine de rue

C’est la folie des camions-restaurants partout au pays. Plusieurs villes, dont Montréal, permettent à certains camions d’offrir des mets gastronomiques dans le cadre d’un projet-pilote. À Montréal, contrairement à d’autres villes où l’on retrouve souvent les fameux kiosques à bretzels ou à fish and chips, c’est vraiment la première fois que l’on permet à des marchands de vendre de la « bouffe de rue » depuis des décennies. Avec ces projets-pilotes, on observe l’émergence d’une cuisine originale et multiculturelle, offrant même des produits locaux dans certains cas. Par contre, parmi les grandes métropoles canadiennes, Montréal se distingue par son approche quelque peu élitiste.
À première vue, le projet-pilote, qui prendra fin le 29 septembre, semble fonctionner. Depuis le 20 juin dernier, plusieurs trottoirs de Montréal ont été envahis par de longues files d’attente. Plusieurs étaient prêts à attendre plusieurs minutes avant de savourer leur canard fumé ou de délicieuses saucisses aux épices. Les mets offerts par les camions de cuisine de rue ont clairement satisfait un besoin criant. Mais certains produits sont tout à fait hors de prix. À titre d’exemple, certains sandwichs se vendent à 9 $ chacun, et un taco de foie gras se vend 15 $.

Ordinairement, la cuisine de rue se veut financièrement accessible, surtout pour les consommateurs moins bien nantis. Partout dans le monde, la cuisine mobile démocratise l’offre alimentaire d’une ville, mais cela ne semble pas être le cas à Montréal. À Toronto ou Ottawa, ou Calgary, les prix des mets offerts par certains restaurateurs mobiles sont en moyenne moins exorbitants, même si le coût de la vie est généralement plus élevé.

Lire la suite

L’appétit des Ontariens pour la consommation locale enviée

L’Ontario ferait envier ses provinces cousines en termes de consommation locale. C’est ce qu’indique un rapport du Conference Board of Canada, intitulé « Cultivons les bonnes affaires : L’appétit grandissant du Canada pour les aliments locaux » qui fait état de l’industrie alimentaire locale au pays. Alors qu’à l’échelle canadienne, 20 % des aliments sont consommés dans la province où ils sont produits, les initiatives ontariennes ont réussi à faire croître ce marché à 24 % pour l’Ontario qui se classe en deuxième position derrière le Québec (29 %).
Cette étude menée par le Conference Board’s Centre for Food in Canada est la première d’une série de 20 destinées à faire la lumière sur les habitudes de consommation des Canadiens en vue de lancer une stratégie alimentaire canadienne, lors du Sommet alimentaire canadien, en mars 2014.

Lire la suite

La renaissance du houblon ontarien

L’industrie du houblon est sur le point de renaître de ses cendres en Ontario. Cette culture autrefois très populaire dans l’Est ontarien avait pourtant pratiquement disparu de la province suite à de graves problèmes de moisissures dans les houblonnières. Mais des producteurs comme Daniel Sabourin et Hugo Desrochers sont à pied d’œuvre pour redonner au houblon ontarien ses lettres de noblesse et vont même jusqu’à pousser l’audace en créant trois bières artisanales 100 % ontariennes.

« Une journée, le monsieur pour qui je travaillais m’a dit «pourquoi tu ne te lancerais pas dans le houblon. Nous avons payé la terre avec ça, nous.» Je ne savais même pas que ça poussait comme une vigne. Je croyais que ça poussait comme un plant de blés d’Inde », dit aujourd’hui à la rigolade Daniel Sabourin, propriétaire de la houblonnière Nation Hops, à St-Bernardin.

Lire la suite

Une version allongée pour la Foire gourmande Outaouais-Est ontarien

Pour une quatrième année de suite, la Foire gourmande Outaouais-Est ontarien saura mettre l’eau à la bouche de ses invités. Pour la première fois depuis l’inauguration de l’événement en 2010, les producteurs des deux côtés de la rivière auront droit à une formule allongée, soit du 23 au 25 août.

« La première année, nous avons reçu 5000 visiteurs. Ensuite 7000, puis 9000. Avec le succès grandissant de l’événement, il était de mise de prolonger la Foire gourmande Outaouais-Est ontarien sur trois jours », expliquait madame Carole Lavigne, présidente du Réseau agroalimentaire de l’Est ontarien, en conférence de presse.

Lire la suite

Ferrero cherche des producteurs de noisettes

Les agriculteurs ontariens pourraient bientôt se lancer dans la lucrative production de noisettes, un marché qui pourrait rapporter des revenus de près de 49,5 millions $ au secteur agricole de la province. D’ailleurs, une partie des noisettes produites serait achetée par nul autre que la multinationale Ferrero qui produit la populaire tartinade Nutella et les chocolats Ferrero Rocher.

Lire la suite

Les fraises sont arrivées

Les fraises locales marquent définitivement l’arrivée de l’été pour la majorité des Ontariens. Rouges, juteuses et sucrées à souhait, elles sont déjà prêtes à être récoltées et plusieurs caissettes ont déjà commencé à faire leur apparition dans les marchés fermiers et sur la majorité des tablettes d’épiceries un peu partout dans le sud-ouest et l’est de la province, au grand bonheur des petits et des grands.

Lire la suite