Volume 33 Numéro 19 Le 3 juin 2016

Fier membre de la communauté agricole internationale


redaction@journalagricom.ca


En février dernier, lors de l’assemblée générale annuelle de La Coop Fédérée, M. Ghislain Cloutier, président de la SOCODEVI, m’a approché et m’a dit avoir pensé à moi pour une mission à l’étranger. Précisons que Ghislain était vice-président pendant cinq des six années que j’ai passées au bureau de direction de la Fédérée. Donc d’un coopérateur à l’autre, nous avons plusieurs valeurs et croyances en commun à propos de l’aide à la communauté et la force d’un réseau.

Laissez-moi vous parler de ce qu’est la SOCODEVI (Société de coopération pour le développement international). Cet organisme a vu le jour en 1985 et a comme mission de contribuer au développement stable des pays dans lesquels elle intervient. Les membres sont un réseau d’entreprises coopératives et mutualistes qui vont aider les populations à améliorer leurs conditions de vie par l’instauration et le renforcement d’entreprises coopératives. La SOCODEVI est fondée sur la certitude que la voie coopérative est la meilleure façon de créer, protéger et distribuer la richesse de façon directe et aussi à travers diverses retombées dans les communautés.

On estime que plus de 12 millions de personnes ont bénéficié de l’appui de la SOCODEVI depuis ses débuts. Ceci, à travers de 650 missions qui ont donné assistance et ont proposé des innovations et renforcés les compétences dans plus de 400 projets dans 40 pays sur quatre continents. Il y a plus de 700 organisations et entreprises qui ont pu profiter de l’aide canadienne. Cette aide favorise l’amélioration de la qualité de vie des populations, la prise en charge par les collectivités, la répartition des richesses, et la participation équitable des femmes.

Après avoir discuté avec Ghislain, j’ai accepté l’invitation de me joindre à cet organisme. Donc très bientôt, je vais partir en mission pour le Vietnam où je vais visiter des régions où les fermes ont entre deux et 10 vaches et sont entourées de fermes de quelques milliers de vaches. Je vais les aider à fonder des coopératives, et en aider d’autres qui sont déjà en fonction depuis une dizaine d’années. Donc avec l’aide d’un interprète je vais me lancer dans cette belle aventure pour aider les membres de notre communauté agricole mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *